https://www.cialispascherfr24.com/
Fonds de Développement de la Formation Professionnelle continue et de l’Apprentissage
Nous faisons de la formation le plus bel investissement !!!

Le 22 mars 2017, a eu lieu au FODFEFCA, la passation de charges entre le Secrétaire Exécutif par intérim sortant, Monsieur Moussa YACOUBOU et le Secrétaire Exécutif recruté entrant, Monsieur Roger Comlan ADANHOUNZO. A l’occasion, l’allocution, ci-dessous, prononcée par le Secrétaire Exécutif entrant, rassure d’un lendemain meilleur pour l’institution. 

Je voudrais, à l’entame de mes propos, remercier Dieu le Créateur qui a conçu pour chaque être et pour chaque institution, un plan dont les subtilités échappent à nous autres humains réputés penseurs, planificateurs, visionnaires et projectionnistes.

Je voudrais ensuite remercier les autorités en charge de la formation professionnelle et de l’emploi, notamment celles du Ministère du Travail qui ont eu la clairvoyance, de préserver, à travers un plan de relance, l’important outil de valorisation du capital humain qu’est le Fonds de Développement de la Formation Professionnelle Continue et de l’Apprentissage (FODEFCA), malgré les tumultes.

Nos remerciements vont également aux Partenaires Techniques et Financiers pour leurs différents appuis matérialisés entre autres par l’audit dont les recommandations serviront, à coup sûr, à renforcer notre institution.

Je voudrais remercier Madame la Ministre du Travail et son cabinet qui ont pris à bras le corps le dossier du recrutement du Secrétaire Exécutif et ont veillé sur tout le parcours administratif jusqu’au décret de nomination.

Je voudrais remercier le Président et tous les autres membres du Comité de Gestion, qui ont planifié et suivi, étape par étape, le processus de recrutement

Permettez-moi de féliciter M. Moussa YACOUBOU, Secrétaire Exécutif par intérim, dont le calme imperturbable, le sens de responsabilité et le doigté managérial ont permis de surmonter les remous de l’orage, de maintenir le cap jusqu’à ce jour et d’éviter le naufrage du navire FODEFCA

Chers amis et collègues, agents du FODEFCA, recevez mes félicitations pour le travail abattu en dépit de tout.

Mesdames et messieurs,

Aujourd’hui, mercredi 22 mars 2017, je puis dire publiquement que je suis heureux de revenir à la maison, non pas en enfant prodigue, mais en acteur conscient s’étant enrichi de nouvelles expériences, qu’il vient déposer dans le paquet technologique commun de nos savoirs et savoir-faire. Plus qu’une opportunité, c’est devenu une obligation qui bousculait mon subconscient et résonnait dans mon cœur comme l’appel du devoir. En effet, tout ce que j’ai vendu ailleurs a été récolté ici au FODEFCA; et la loi de l’équilibre des choses a voulu que tout ce qui s’y est ajouté revienne ici au FODEFCA. Ainsi doit se comprendre, dans ce cas pratique, le plan de Dieu pour chaque être et pour chaque institution.

En me positionnant donc au gouvernail du navire FODEFCA, je mesure entièrement les enjeux et les défis. En effet, conçu comme la pièce maîtresse de la mise en œuvre de la politique nationale de la formation professionnelle continue de novembre 1998, le FODEFCA doit relever le niveau de qualification des actifs en cours d’emploi dans tous les secteurs de l’économie du Bénin et assurer, pour les aspirants directs au marché du travail, un paquet minimum de compétences qui les rendent immédiatement opérationnels.

En ce moment, le défi majeur pour le Fonds, c’est de pouvoir remobiliser les ressources humaines, pour en faire une équipe qui gagne et séduit nos supérieurs hiérarchiques, nos autorités à divers niveaux et les partenaires techniques et financiers. Quelles qu’aient été les intempéries, je suis convaincu que cette force reste au FODEFCA et j’y mets ma confiance. « Rasez mes usines, laissez mes hommes », disait Henri Ford, pour insister sur la valeur inestimable que représente la force de travail. Et pour permettre à cette force de travail de s’exprimer au mieux de ses capacités, je propose aux collègues agents du Fonds, de nous engager sur trois valeurs cardinales.

La première valeur cardinale, c’est l’intégrité, en tant que comportement professionnel conforme aux procédures, à l’éthique et à la morale. Je sais que sur ce terrain, nous sommes très attendus et qu’en cas de déviance, nous n’aurons aucune excuse ni de la part de nos autorités, ni de la part de nos partenaires.

La deuxième valeur cardinale, c’est la compétence, en tant que savoirs, savoir-faire et savoir être en action pour produire des résultats de bonne qualité dans le temps imparti et avec les ressources allouées. Sans ces résultats, notre présence au Fonds ne serait que de la promenade. Or, aucun Patron, aucun bailleur n’est disposé à payer les salaires pour agrémenter les va et vient d’un personnel en panne d’intelligence et de productivité. C’est aussi par ces résultats que nous pouvons continuer de mériter la confiance de nos partenaires techniques et financiers.

Enfin la troisième valeur cardinale c’est l’innovation. En effet, la prospérité des entreprises étant fortement liée à la qualité des ressources humaines qui les animent, il importe que le FODEFCA sorte des sentiers battus pour entrer dans la modernité, avec de nouveaux dispositifs de valorisation des ressources humaines au sein des entreprises.

Si nous convenons ensemble, devant les membres du Comité de Gestion, devant les autorités ministérielles et devant les partenaires, de nous engager sur ces trois pistes, nous devons aussi faire le serment intérieur, à nous-mêmes, de changer les comportements qui anéantissent l’effort commun, ralentissent l’élan des autres, ou qui encouragent et fortifient l’insubordination.

Pour une équipe qui gagne, la discipline est le maître mot. Dans ce cadre, mes décisions s’appuieront essentiellement sur la qualité de la production et le respect des procédures. Le vieux paradigme souvent trop administratif, qui consiste à proclamer que l’avantage à un poste reviendrait au plus ancien dans le grade le plus élevé, ne saurait prospérer dans un régime de valorisation au mérite. De même, mes bonnes ou moins bonnes relations avec untel ou untel autre ne prévaudront pas pour le positionnement du personnel. La compétence, et rien que la compétence sera le critère.

Mesdames et Messieurs,

C’est aussi le moment et le lieu d’affirmer notre engagement à accompagner le Programme d’Action du Gouvernement par la valorisation du capital humains dans les secteurs prioritaires à travers la formation professionnelle et l’apprentissage.

Monsieur le DC,

Monsieur, Madame et Messieurs membres du Comité de Gestion, 

J’ai voulu être clair au tout début de ma prise de service, non seulement pour signifier mon engagement pour les résultats que vous attendez de cette nouvelle ère qui s’ouvre au Fonds, mais aussi pour fixer la ligne directrice de mes actions. Je compte sur mes collègues pour y arriver. Je compte également sur votre soutien.

Je vous remercie.