https://www.cialispascherfr24.com/
Fonds de Développement de la Formation Professionnelle continue et de l’Apprentissage
Nous faisons de la formation le plus bel investissement !!!

En adoptant la Politique Nationale de la Formation Professionnelle Continue en novembre 1998, le Bénin a affirmé sa volonté de mettre en valeur le capital humain d’améliorer sa pertinence et sa qualité par rapport aux besoins des secteurs productifs de l’économie ainsi que du marché de l’emploi.

Ladite politique se décline en sept (7) objectifs principaux à savoir :

  • sensibiliser et informer les acteurs sur les avantages de la formation professionnelle continue ;
  • susciter une dynamique interne au niveau des employeurs et des organisations professionnelles en vue de développer une culture de la formation continue ;
  • réorganiser et réglementer le marché de la formation ;
  • améliorer et développer le système d’apprentissage traditionnel pour l’intégrer dans un système global de formation et d’insertion professionnelle ;
  • lutter contre le chômage, le sous-emploi et la pauvreté par le développement quantitatif et qualitatif des emplois productifs ;
  • élargir et diversifier l’accès des Béninois à une formation de qualité, adaptée en permanence aux besoins du marché ;
  • offrir des formations spécifiques, à la carte et à vocation régionale.

Le Fonds de Développement de la Formation Professionnelle Continue et de l’Apprentissage (FODEFCA), créé en 1999, est l’émanation de la concertation entre l’Etat et les partenaires sociaux (organisations d’employeurs et de travailleurs) pour être la cheville ouvrière de mise en œuvre de la politique nationale de formation professionnelle continue dans le secteur privé.

 

CREATION ET MISSION DU FODEFCA

Le FODEFCA, créé par décret n°99-053 du 12 février 1999 et placé sous la tutelle du Ministère en charge du Travail, il a pour mission la valorisation des ressources humaines par le financement d’actions de formation dans le secteur privé formel et informel, et au profit des jeunes en quête de qualification pour l’exercice d’un métier ou d’un emploi. Il est la pièce maîtresse de la politique du Gouvernement dans la promotion de formation professionnelle continue notamment le secteur formel et informel. Le FODEFCA est donc investi d’une double mission à savoir :

  • satisfaire, au plan économique, les besoins en main-d’œuvre qualifiée en vue d’améliorer la productivité des travailleurs et la compétitivité des entreprises, et
  • assurer au plan social, la promotion des travailleurs en développant les possibilités d’adaptation ou d’accès de la main-d’œuvre à un emploi rémunérateur, tout en préparant l’entrée des jeunes dans la vie active.

A ce titre, le FODEFCA est chargé notamment de :

  1. recevoir et de gérer les ressources destinées au financement et à la promotion de la formation professionnelle continue et de l’apprentissage;
  2. financer les actions de formation continue et d’apprentissage ;
  3. appuyer les entreprises et les organisations professionnelles des différents secteurs d’activité dans la définition de leurs besoins de formation et d’élaboration des plans et projets de formation correspondants ;
  4. financer les études visant à évaluer la pertinence et l’efficacité de la politique et des programmes de formation professionnelle ;
  5. soutenir le développement de la qualité de l’offre de formation en renforçant les capacités andragogiques des organismes de formation et les compétences techniques des formateurs ;
  6. accompagner les organismes de formation dans le cadre de la mise en œuvre de leurs programmes d’investissement en ressources humaines et matérielles

 

LES ORGANES  DU  FODEFCA

Conformément à l’article 6 du décret N° 99-053 du 12 février 1999 portant approbation de ses statuts, le FODEFCA est doté d’un organe délibérant, le Comité de Gestion (CG) et d’un organe exécutif, le Secrétariat Exécutif (SE).

Le Comité de Gestion (CoGes)

Instance de décision, le Comité de Gestion est composé de douze (12) membres nommés en Conseil des Ministres sur proposition du Ministre de tutelle du Fonds. C’est un organe tripartite et paritaire composé de quatre (04) représentants du pouvoir public, quatre (04) représentants des employeurs (CNPB, CCIB, CNA, CNAB/Chambre des métiers), et quatre (04) représentants des organisations syndicales les plus représentatives. Le CoGes définit la politique du Fonds et les orientations générales en matière de financement de la Formation Professionnelle Continue et de l’Apprentissage, établit les règles générales de fonctionnement du Fonds, les procédures et modalités d’agrément des projets de formation.

Le Secrétariat Exécutif (SE)

Organe exécutif de l’institution, le Secrétariat Exécutif du FODEFCA est dirigé par un Secrétaire Exécutif, placé sous l’autorité directe du Comité de Gestion. Il assiste le Comité de Gestion dans l’exercice de ses fonctions, dans l’organisation et la gestion quotidienne des services du FODEFCA dont il est l’organe permanent et le principal animateur.

Le graphique ci-dessous schématise la structure organisationnelle du Fonds (organigramme du Fonds)

 

RESSOURCES DU FODEFCA

Les ressources destinées au FODEFCA pour mener à bien sa mission sont précisées par l’article 2 du décret n° 99-33 du 12 février 1999 portant approbation de ses statuts. Il s’agit des ressources suivantes :

  • les produits de la taxe d’apprentissage ;
  • la contribution des bénéficiaires ;
  • la contribution des partenaires au développement
  • les fonds provenant d’organismes extérieurs ;
  • les dons et legs ;
  • les subventions ;
  • les produits de placement des ressources du Fonds ;
  • les autres ressources.

En dehors des contributions provenant des partenaires tels que la Coopération Danoise (DANIDA), la Coopération Suisse (DDC), la Banque Mondiale (BM), l’Agence Française de Développement (AFD), les seules ressources dont le FODEFCA dispose actuellement est la subvention accordée par l’Etat.

 

DOMAINES D’INTERVENTION

Le FODEFCA a démarré ses activités en 2001 avec le crédit N°3397-BEN du 26 juillet 2000 consenti par l’IDA à la République du Bénin pour le financement partiel du Projet d’appui au développement de la formation professionnelle continue (PADFPC). Ce projet dont l’objectif est d’aider à la mise en route et à l’expérimentation d’un nouveau programme du gouvernement visait à :

  1. accroitre la disponibilité, la qualité et le coût-efficacité de la formation professionnelle, en ciblant particulièrement le secteur informel et les femmes,
  2. renforcer la capacité du secteur public à suivre et évaluer les besoins de formation professionnelle et la capacité du secteur privé à améliorer ses moyens de formation.

Sous la supervision d’une équipe d’experts de la Banque Mondiale (BM), le FODEFCA a, de 2001 à 2005, mis en place un dispositif qui lui a permis de se positionner comme un organe de régulation efficace du marché de la formation professionnelle. La mise en œuvre d’activités de formation au sein de ce dispositif testé et affiné au fil du temps fait aujourd’hui du Fonds, un outil de référence dans la promotion de la formation au sein des organisations professionnelles du secteur informel et de la culture de formation au sein des entreprises.

 

Cible 1- Le Secteur Formel

L’objectif : Promouvoir et instaurer une véritable culture de la formation professionnelle continue au sein des entreprises à travers l’élaboration et l’agrément des plans de formation.

Action : Le FODEFCA assure, sur la demande des entreprises, le financement :

  • d’étude de détermination de besoins en formation et
  • des actions de formation au profit des employés.
  • Le Fonds finance par ailleurs, la formation de jeunes justifiant d’une garantie d’embauche ou d’installation, en vue de leur insertion professionnelle (emploi ou auto emploi)

Cible 2 – L’Economie Informelle

L’économie informelle occupe près de 90% de la main d’œuvre béninoise. Elle est constituée des micros entreprises des secteurs agricoles et de l’artisanat.

  • Le secteur agricole

Il couvre les activités de pêche, d’élevage et d’agriculture. Ses acteurs, membres des Organisations Professionnelles bénéficient de l’appui du Fonds pour leur formation dans différents domaines : production végétale ou animale, transformation de produits, stockage et conservation des denrées, maintenance, appui organisationnel, protection de l’environnement…

  • Le secteur de l’artisanat

Il s’exécute suivant deux modalités :

- Le perfectionnement des maitres artisans

Les artisans, particulièrement ceux ayant inscrit des apprentis dans le système d’apprentissage de type dual bénéficient de sessions de formations modulaires étalées sur trois (03) ans. Ces actions de formation qui viennent en appui au système d’apprentissage de type dual visent le renforcement de capacités techniques des artisans (ouvriers et maîtres artisans)

- Les besoins spécifiques des artisans

Le Fonds assure à la demande des organisations ou des bénéficiaires eux-mêmes, individuellement ou collectivement, le financement des besoins en perfectionnement professionnel. Les demandes spécifiques reçues à cet effet concernent aussi bien les techniques de production que la gestion des activités et participent de la mise à jour régulière du savoir faire des artisans sur un marché ouvert et fortement concurrentiel.

  • L’apprentissage de type DUAL

L’apprentissage, relève du système d’enseignement non structuré. C’est une formation intéressant toutes les couches sociales à divers niveaux d’instruction. Il dispose d’une capacité très importante de formation et se déroule dans la réalité quotidienne des métiers intéressant tant le milieu urbain que le milieu rural. Il prépare à l’auto emploi.

Sous sa forme la plus répandue au Bénin, l’apprentissage s’est révélé très déficient quant à la valeur professionnelle des formations dispensées et la qualité des produits offerts à la clientèle, du fait :

  • des compétences pédagogiques insuffisantes des maîtres,
  • du faible taux d’encadrement des apprentis,
  • de la formation sommaire voire irrationnelle reçue par les apprenants.

En vue de corriger les insuffisances du système traditionnel, l’Etat a opté pour l’apprentissage de type dual. En effet, les apprentis sous contrat auprès des maîtres artisans sont admis, après un test national de sélection, dans les centres publics et privés.

Ils y reçoivent une formation complémentaire théorique et pratique de 3 ans au terme de laquelle ils sont présentés à l’examen national du Certificat de Qualification Professionnelle (CQP).